Juil 29, 2017

Posted by in Divers | Commentaires fermés sur Sequana placée en procédure de sauvegarde

Sequana placée en procédure de sauvegarde

Sequana placée en procédure de sauvegarde

 

Plongé dans un grand problème avec ses partenaires, le papetier français Sequana a demandé sa mise en sauvegarde judiciaire pour redresser ses comptes. La société se spécialise dans la production des emballages, billets de banque et autres activités autour du papier. A l’origine de ses difficultés, le litige avec le producteur des cigarettes BAT, ainsi que d’autres problèmes avec d’autres grandes marques du tabac.

A rappeler que la procédure de sauvegarde, comme nous l’explique l’administrateur judiciaire Philippe Jeannerot, est une mesure préventive qui vise à éviter la cessation de paiements et le redressement judiciaire par la suite. A l’aide d’un professionnel comme Philippe Jeannerot, l’entreprise se trouvant dans cette situation cherche à maintenir son activité tout en identifiant des solutions pour apurer son passif.

Sequana cherche la protection du tribunal de commerce

Depuis 2013, Sequana est engagé dans un bras de fer judiciaire avec les marques du tabac Lucky Strike, Dunhill et autres. Les problèmes se sont aggravés surtout avec l’entreprise British American Tobacco (BAT) ce qui a laissé le papetier français se « réfugier » chez le tribunal de commerce de Nanterre en Hauts-de-Seine en demandant l’ouverture d’une procédure de sauvegarde.

Le problème avec BAT revient au fait que Sequana a décidé de vendre en 2009, une ex-filiale de BAT qu’elle lui a racheté à la fin des années 1990. Ceci a fait que la société britannique a demandé le remboursement d’un dividende que cette filiale verse à Sequana et que BAT le juge illicite. Suite à ce litige, la Haute Cour de justice de Londres a décidé de condamner Sequana d’une amende de 138,4 millions de dollars qu’elle devrait verser à BAT.

Pour « assurer ses arrières, » le papetier français a fait appel afin de suspendre l’obligation de paiement, mais il a également soumis une demande d’ouverture de procédure de sauvegarde pour « se mettre sous la protection du tribunal de commerce ». Dans le plan de sauvegarde qu’elle compte établir, Sequana veut vendre sa filiale de production des billets de banque Arjowiggins Security et introduire en bourse son autre filiale Antalis, spécialisée dans la distribution d’emballages. La procédure protégera aussi la société contre un recours de BAT qui risque de bloquer ces plans.

Les projets de Sequana

Parmi les projets de Sequana, la vente de sa filiale Arjowiggins Security à cause de la baisse de son activité. Cette division représente 7% du chiffre d’affaires du groupe et emploie près de 300 personnes en France. Le papetier est déjà en négociations avancées et exclusives avec le hollandais Oberthur Fiduciaire pour lui céder l’usine VHP, spécialisée dans la production de papier billets, contre 30 millions d’euros. De l’autre côté, Sequana veut faire introduire en bourse une partie estimée entre 10 et 30% de sa filiale Antalis qui représente 80% de son activité.

 

Comments are closed.