Fév 20, 2017

Posted by in Divers | Commentaires fermés sur Assurance-vie : Est-ce qu’elle deviendra une lourde charge sur les épargnants ?

Assurance-vie : Est-ce qu’elle deviendra une lourde charge sur les épargnants ?

Assurance-vie : Est-ce qu’elle deviendra une lourde charge sur les épargnants ?

Les souscripteurs à des contrats d’assurance-vie ne doivent pas s’étonner si un jour ils ne leur restent rien à gagner compte tenu de la baisse continue des rendements, les impôts et l’inflation. Quel que soit la compagnie d’assurance – Macif, Axa, Allianz, Filiassur ou autres -, la situation nécessite une grande réflexion pour éviter que ce contrat ne coûtera pas plus cher que son rendement à l’avenir.

Un rendement moyen moins de 2%

Alors que l’économie locale vit avec une chute des taux d’intérêt, la baisse des rendements des fonds en euros n’aide pas non plus à rassurer les épargnants. Les rémunérations communiquées jusqu’à l’instant pour l’année 2016 ne sont pas trop prometteuses et affichent une baisse continue, notamment chez l’Afer, perçu comme une référence du marché, que son taux de rendement a perdu 40 points pour passer de 3,05% en 2015 à 2,65% en 2016.

Le niveau qu’atteint l’association des épargnants (Afer) ne s’éloigne pas aux plus performants du marché comme le Gaipare qui a enregistré un taux de 2,90%. En revanche, la majorité des compagnies ne réussissent pas à faire mieux qu’un rendement proche de 2% c qui fera que le rendement moyen se situera certainement en-dessous des 2%, lorsqu’on aura toutes les déclarations.

Pourquoi la reprise est difficile ?

Beaucoup de compagnies commercialisent l’assurance-vie comme leur produit phare- alors que chez Assurance Filiassur, on communique au tour de plusieurs autres contrats par exemple – ce qui leur poussent à être prudents quant à l’avenir de ce contrat. Toutefois, le renversement de la situation ne s’annonce pas facile à cause de deux grands facteurs qui jouent contre la volonté du marché, à savoir le taux d’intérêt et l’inflation.

Quant au taux d’intérêt, ils commencent à se relever dans un contexte où les nouveaux emprunts font dévaloriser les anciens emprunts qui ont été émis à des taux plus bas. Toutefois, l’inflation compte reprendre sa hausse avec comme prévision d’atteindre le niveau de 2% que souhaite avoir la banque centrale européenne. Une fois ce niveau atteint, le rendement réel de l’assurance-vie se transformera en prélèvement et ainsi la rémunération finale deviendra une charge sur l’épargnant.

Le système de l’assurance-vie représentait jusqu’à l’instant le placement favori des Français et une solution confortable pour l’État afin de financer son endettement croissant. Avec de telles circonstances, l’avenir reste sombre surtout pour les caisses de l’État.

 

 

 

 

Comments are closed.